Buka menu utama

Perubahan

27 bita dihapus ,  5 bulan yang lalu
k
Perubahan kosmetik tanda baca
Le lac est en forme de croissant (ou virgule) ; le rivage nord et les deux extrémités sont [[suisse]]s, le rivage sud est [[France|français]]. La frontière passe au milieu du lac.
 
Le Léman est traversé d'est en ouest par le [[Rhône]]. Sa formation a des origines multiples : plissement [[Tectonique des plaques|
tectonique]] pour la partie du Grand-Lac et action du [[glacier du Rhône]] pour le Petit-Lac (entre [[Yvoire]] et [[Genève]]). Il s'est constitué lors du retrait du glacier du Rhône après la dernière période glaciaire, il y a près de {{formatnum:15000}} ans.
[[Image:Carte du Léman.png|thumb|none|upright 1.5|Carte générale du Léman]]
 
== Origine du nom et appellations ==
Le Léman apparaît dans la littérature aux environs de [[-50|50 av. J.-C.]] sous le nom, écrit en [[grec ancien|grec]], ''Lemánē límnē'' ou ''Lemános límnē'' ({{grec ancien|Λεμάνη λίμνη / Λεμάνος λίμνη}}). Ce nom est même utilisé et popularisé par [[Jules César]] qui, en [[-58|58 av. J.-C.]], part de ''Genava'' et du ''lacus lemanus'' pour combattre les [[Helvètes]]. L’éthymologie du terme ''Léman'' est inconnue, peut être faut-il y voir une racine d’origine [[celte|celtique]]<ref>Dictionnaire des noms de lieux – [[Louis Deroy]] et [[Marianne Mulon]] ([[Dictionnaires Le Robert|Le Robert]], 1994) {{ISBN|285036195X}}</ref>. Avec le développement de la [[cartographie]], les noms se multiplient entre le {{sp|II|e|et le |IV|e}} : ''lacu lausonio'', ''lacus losanetes'' ou encore ''lac de Lozanne''<ref>{{ouvrage|auteur=Paul Guichonnet|titre=Nature et histoire du Léman|éditeur=Cabedita|année=1994|passage=13|lire en ligne=http://books.google.ch/books?id=C2cyTH8ydD4C&pg=PA13&lpg=PA13&dq=%22Lac+de+Lozanne%22&source=web&ots=8Js3TYcFlH&sig=YuupMlYpE1USv9QrLtABeeHza-E&hl=fr&sa=X&oi=book_result&resnum=2&ct=result|isbn=9782882951205}}</ref>.
 
Au {{XVIe siècle}}, la renommée internationale de [[Genève]] convertie au [[calvinisme]] laisse apparaître la dénomination ''lac de Genève''. À cette époque, cette dénomination désigne le « Petit-Lac » (79 km²), tandis que le « Grand-Lac » (503&nbsp;km²) est baptisé ''lac de Lausanne''. Au fil du temps, ce dernier terme disparaît au profit de celui de ''lac Léman'' adopté par les [[Savoyard (habitant)|Savoyards]], les [[canton de Vaud|Vaudois]] et les [[Canton du Valais|Valaisans]]. Cette appellation est généralisée dans les cartes géographiques et complète plusieurs noms de lieux situés le long de la rive savoyarde du lac ([[Maxilly-sur-Léman]], [[Chens-sur-Léman]], etc.). Le nom du Léman, particulièrement à la mode durant le [[siècle des Lumières]], la [[Révolution française]] et le [[Premier Empire]], est utilisé par des auteurs comme [[Jean-Jacques Rousseau]] ou [[Voltaire]] et sert de prête-nom à l'ancien [[Léman (département)|département du Léman]] qui regroupe alors le nord de la Savoie, le [[pays de Gex]] et Genève.
== Géographie ==
=== Caractéristiques ===
* Longueur dans l'axe : {{unité|72.8|km}}
* Largeur maximale : {{unité|13.8|km}}
* [[Superficie]] : {{unité|582.4|km|2}}, {{unité|348.4|km|2}} en [[Suisse]] et {{unité|234|km|2}} en [[France]]
* Altitude : {{unité|372|m}}
* Profondeur maximale : {{unité|309.7|m}}, cote plus {{unité|62.3|m}} entre [[Lausanne]] et [[Évian-les-Bains|Évian]]
* Volume total d'eau : 89 milliards de mètres cubes
* Température minimum de l'eau : {{unité|4|°C}}
 
=== Origine et géologie ===
* le [[Chablais français|Chablais savoyard]], [[Haute-Savoie]]
Sur la côte suisse,
* trois [[cantons suisses]] :
** le [[canton de Genève]]
** le [[canton de Vaud]]
Les villes importantes situées au bord du lac Léman sont [[Genève]], [[Lausanne]], [[Nyon]], [[Morges]], [[Vevey]], [[Montreux (Vaud)|Montreux]], [[Évian-les-Bains]] et [[Thonon-les-Bains]].
 
Le lac est bordé par les communes suivantes :
 
* '''Communes vaudoises''' :
** '''[[District de Nyon]]''' : [[Mies]], [[Tannay (Vaud)|Tannay]], [[Coppet]], [[Founex]], [[Crans-près-Céligny]], [[Nyon]], [[Prangins]], [[Gland (Vaud)|Gland]], [[Dully]], [[Bursinel]], [[Rolle (Vaud)|Rolle]] et [[Perroy (Vaud)|Perroy]].
** '''[[District de Morges]]''' : [[Allaman]], [[Buchillon]], [[Saint-Prex]], [[Tolochenaz]], [[Morges]] et [[Préverenges]].
** '''[[District de l'Ouest lausannois]]''' : [[Saint-Sulpice (Vaud)|Saint-Sulpice]].
** '''[[District de Lausanne]]''' : [[Lausanne]]
** '''[[District de Lavaux-Oron]]''' : [[Pully]], [[Paudex]], [[Lutry]], [[Villette (Lavaux)|Villette]], [[Grandvaux (Vaud)|Grandvaux]], [[Cully (Vaud)|Cully]], [[Épesses]], [[Puidoux]], [[Rivaz (Vaud)|Rivaz]] et [[Saint-Saphorin-sur-Morges|Saint-Saphorin]].
** '''[[District de la Riviera-Pays-d’Enhaut|District de la Riviera-Pays-d'Enhaut]]''' : [[Chardonne]], [[Corseaux]], [[Vevey]], [[La Tour-de-Peilz]], [[Montreux (Vaud)|Montreux]] et [[Veytaux]].
** '''[[District d'Aigle]]''' : [[Villeneuve (Vaud)|Villeneuve]] et [[Noville (Vaud)|Noville]].
*'''Communes genevoises''' :
:[[Hermance]], [[Anières]], [[Corsier]], [[Collonge-Bellerive]], [[Cologny]], [[Genève]], [[Pregny-Chambésy]], [[Versoix]] et [[Céligny]].
 
*'''Communes valaisannes''' :
:[[Port-Valais]] et [[Saint-Gingolph (Valais)|Saint-Gingolph]].
 
*'''Communes [[savoie|savoyardes]]''' :
:[[Saint-Gingolph (Haute-Savoie)|Saint-Gingolph]], [[Meillerie]], [[Lugrin]], [[Neuvecelle]], [[Maxilly-sur-Léman]], [[Évian-les-Bains]], [[Publier]], [[Thonon-les-Bains]], [[Anthy-sur-Léman]], [[Margencel]], [[Sciez]], [[Excenevex]], [[Yvoire]], [[Nernier]], [[Messery]], [[Chens-sur-Léman]].
 
Le lac comprend plusieurs îles : [[île de Peilz]], [[Château de Chillon]], [[île de Salagnon]], [[Rolle (Vaud)|île de la Harpe]], [[île Rousseau]].
 
=== Environnement, faune et flore ===
En 2006, il y avait 146 pêcheurs professionnels (151 en 2005), avec une moyenne d'âge de 42 ans, et {{formatnum:7340}} pêcheurs de loisirs ({{formatnum:6086}} en 2005) sur le Léman. Le total des prises se monte à 650 tonnes (soit 11&nbsp;kg de poissons pêchés par hectare).
 
De nos jours, une trentaine d'espèces de poissons cohabitent dans le Léman, dont :
* le [[coregonus|corégone]], appelé localement ''féra'', 360 tonnes pêchées en 2006 (310 tonnes en 2005) ;
* la [[perche (poisson)|perche]] dont on fait des filets, 224 tonnes pêchées en 2006 (234 tonnes en 2005);
}}</ref> En [[2001]] a débuté le nouveau plan décennal avec comme objectif principal l'amélioration de l'alimentation en [[eau potable]] du bassin.
 
Les études en paléo-environnement, faites à partir des restes de végétaux, par la station d'[[hydrologie]] lacustre de l'[[Institut national de la recherche agronomique]] (INRA), basée à [[Thonon-les-Bains]], avaient révélé que le bassin lémanique a connu de fortes variations climatiques et biologiques depuis un demi-siècle. De nombreuses espèces végétales ont disparu, car les concentrations excessives de [[phosphore]], d'[[herbicide]]s, de [[pesticide]]s et de [[Élément-trace métallique|métaux lourds]] — on trouve encore, au fond des lacs alpins, les traces de la métallurgie au plomb de l'époque romaine — issues des activités urbaines et agricoles — un mètre carré de berge pollué pollue lui-même 12&nbsp;m³ d'eau — ont permis à l'excès la production des algues qui ont surconsommé l'oxygène contenu dans l'eau : c'est l'[[eutrophisation]].
 
Cette densification de la matière solide en suspension fragilise le [[phytoplancton]], car il ne reçoit plus assez de lumière — la baisse de la masse de phytoplancton a entraîné, à son tour, la disparition d'espèces de poissons comme l'[[Gasterosteidae|épinoche]], disparue en [[1922]] mais que l'on trouvait encore en petit nombre jusque dans les [[années 1970]], et la méduse d'eau douce ''[[Craspedacusta sowerbyi]]'' disparue en [[1962]], mais revue depuis. De plus, la disparition du [[phytoplancton]] fournit un terrain propice aux [[cyanobacteria|cyanobactéries]] ou micro-algues (''[[Planktothrix rubescens]]''), qui rendent l'eau, par création de toxines hépatiques, nocive à la consommation des poissons, et même à la baignade.
Sur la côte du Chablais [[Haute-Savoie|haut-savoyard]], se trouve le village fortifié (et fleuri) d'[[Yvoire]], aussi appelé « la perle du Léman », situé sur un éperon rocheux, la grande plage d'[[Excenevex]] et le [[château de Ripaille]] avec ses tours, son parc et son vignoble.
 
Le [[musée du Léman]] à [[Nyon]], en [[Suisse]], a pour but de faire prendre conscience des défis actuels du Léman : lutte contre la pollution, maintien de la faune et de la flore aquatique ainsi que la qualité de l'eau du lac.
 
Entre [[Vevey]] et [[Lutry]] se trouvent les vignobles de [[Lavaux]], inscrits depuis 2007 au [[patrimoine mondial|patrimoine mondial de l'humanité]] ([[Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture|UNESCO]])<ref>{{Lien web
À la mi-septembre, une régate similaire est organisée mais en solitaire appelée la [[Translémanique en Solitaire]].
 
Une autre régate importante a lieu : les [[5 jours du Léman]]. C'est la plus longue course d'endurance en bassin fermé d'Europe. Au cours de l'année, de nombreuses autres régates se disputent sur le lac, les séries multicoques étant très bien représentées.
 
Le troisième samedi d'octobre a lieu le [[Marathon de Lausanne]], qui longe le bord du lac Léman jusqu'à [[La Tour-de-Peilz|La Tour de Peilz]].
268.871

suntingan